Journal

Rencontres d’Arles 2017 #36hours

Les Rencontres d’Arles, en 2017… en mode 36hours? Cela vous dit???

Avant de démarrer mon programme frénétique, vous me connaissez? écoutons la douce prose de (mon poète préféré) Christian Bobin à propos d’Edouard Boubat.

Boubat ne « prend » pas ses photographies, il les reçoit. Il les accueille. Quant à connaître précisément ce qui est ainsi accueilli, c’est impossible.

Le savoir que nous avons d’une chose enferme cette chose sur nous-mêmes.

Dans l’accueil, c’est le mouvement inverse: nous sommes ouverts à l’autre et , pour tout dire, nous sommes un peu perdus.

Boubat ne connaît pas tout ce qu’il voit, pas plus que je ne comprends tout ce que j’écris. Le meilleur de nous arrive toujours à notre insu.

Donne moi quelques chose qui ne meure jamais. Edouard Boubat x Christian Bobin  

Du 3 juillet au 24 septembre. Billet forfait toute exposition à partir de 36 euros. Attention beaucoup de file d’attente aux caisses. Une entrée unique par exposition. Billetterie + plans + librairies : Cour Fanton. Espace Van Gogh. Ground Control. Grande Hall. Rencontres photographie Arles 2017

Série NAT de ma fille Alizée Bauer, alias Meike Boer. Concours Club des DA. Galerie Open Week Arles 2017

11h00 Abbaye de Montmajour

Portant son regard sensible sur “ce presque rien“, la chère disparue Kate Barry, nous émeut littéralement à travers ses mini clichés qui ramènent le petit ou le presque invisible à l’infiniment grand ou visible de et par tous. Ces petites choses que l’on ne voit pas, à côté desquelles nous passons par inadvertance, trop pressé, trop occupé ou que l’on voit sans voir… notre propre désolation. A travers ces instantanés sans visage sans âme qui vive, on ressent l’existence de l’être humain, comme rattaché à la pierre, collé au vivant de la matière première. Un petit frisson passe… nous effraie, car on ne peut que penser à la destinée de Kate Barry, elle nous parle, elle nous dit se sentir enfermée, empêtrée dans le sol : je suis une pierre, nous murmure t-elle. Bouleversant.

The habit of being Kate Barry

Abbaye de Montmajour.  Route de Fontvieille, 13200 Arles. S’y rendre en vélo électrique ou taxi. Ouvert : 10h-18h30 Exposition Kate Barry

12H00 Eglise des Frères Prêcheurs

Se confesser dans l’église des prêcheurs où l’architecture de densité dialogue avec la vie dans les villes, vue par Michael Wolf.`

Michael Wolf. La vie dans les villes

Toy Store. Michael Wolf

Eglise des Frères Prêcheurs. 1 Quai Marx Dormoy, 13200 Arles. Ouvert 10h-19h30

13h00 Le Chardon

Déjeuner dans le micro-patio du néo-bistrot, le Chardon, là où Luke Burgess, le chef hémisphérique de Tasmanie, officie en cuisine, avec brio et avec sa jolie brésilienne, Déborah Blank. Des assiettes tapas japonisantes et inventives à partager sans modération. De la haute gourmandise à prendre avec mes gouleyantes bulles de “Jour de Teuf“, un Muscadet pétillant naturel à boire goulument.

Hello le Chardon d’Arles

Autoportrait dans le Chardon d’Arles

Le Chardon.  37 Rue des Arènes, 13200 Arles. Réservation obligatoire. Hello le Chardon

15H00 Jute Espadrilles

Imiter l’inimitable Louis Garrel (miam) et marcher dans ses pas, dans ses espadrilles en toile de Jute Espadrilles.

Jute Espadrilles. 3 Rue Jouvène, 13200 Arles

Autoportrait arlésien

Autoportrait arlésien

15H30 Maison des Peintres

Errance en ville au gré des performances artistiques et sombres de la maison ballenesque de Roger Ballen. Ames sensibles s’abstenir. Suivre la fabuleuse saga du temps des gitans, les Gorgan de Mathieu Pernot. Suspendre son vol à l’instar des corbeaux, Ravens, de Masahisa Fukase, l’incurable égoïste au Palais de l’Archevêché. A voir en face Iran.

The House of Ballenesque

Roger Ballen. Maison des peintres

Roger Ballen. Maison des peintres

Les Gorgan, un travail entamé en 1995, par Mathieu Pernot

Les Gorgan. Film à voir et revoir de Mathieu Pernot

Masahisa Fukase. Palais de l’Archevêché. L’incurable égoïste

Maison des Peintres. 45 Boulevard Emile Combes, 13200 Arles. Ouvert 10h-19h30

Palais de l’Archevêché. 35 Place de la République, 13200 Arles. Ouvert 10h-19h30

19H00. Monstre

Un premier petit verre? Direction le nouveau lieu hybride d’Arles, au Monstre. Un café galerie où se tient actuellement une exposition sur Yakushima. Yakushima photography festival Arles présente plus de 20 photographes, japonais et français.

Monstre. 13 rue Tour de Fabre. 13200 Arles. Yakushima Photography Festival

22H00. Paris Pop-Up

Durant l’Open-week, il n’est pas rare de dîner avec mon chouchou, Edouard Baer, de danser le jerk avec Jeremy Renier, de sucer une glace avec Louis G., de discuter mode avec Caroline de Maigret ou encore de pousser Audrey Tautou dans ses retranchements de “fausse-tographe“. Son expo : “Superficial“ qui au delà d’un jeu de mots ou de l’auto-dérision n’est pas fortuit mais gratuit. NO COMMENT.

Coté assiette, un délice, un délice, je ne vous en dit pas plus….

Paris Pop-up. Hotel Nord Pinus. Jusqu’au 30 septembre. I want a table

23H00. Hotel Nord Pinus

Le repos du cultureux dans une chambre de l’hôtel de légende, le Nord Pinus. Attention pour les hommes à la tête de choux sensibles au décibel, ne pas squatter la chambre 4…

Hotel Nord Pinus. 14 Place du Forum, 13200 Arles. Réserver sa piaule

Tête de lit en fer forgé . La tête au Nord (Pinus)

Détails sols et mobilier au Nord, c’est Arles

Lobby de l’hôtel des toreros. Nord Pinus

2Un dernier petit verre dans le lieu hybride galerie-café, le Monstre.

10H00 Luma Arles

Démarrage sur les chapeaux de roue, direction l’atelier des Forges – Atelier de la mécanique, etc… enfin la Fondation Luma, la future tour du savoir de Franck Gehry, en pleine érection prévue pour 2018.  A voir les célébrités d’Anne Leibovitz, mises sous verre et retraçant pas moins de 13 ans de travaux d’Hercule au temps du magazine Rolling Stones. A retenir l’univers satyrique et sensible de Jean Dubuffet et dans le cadre du “Spectre du Surréalisme“, les auto-portraits d’Alix Cléo Roubaut, celle qui mourut prématurément d’une embolie pulmonaire à 31 ans. Et enfin lever du poing contre l’Empire Monsanto, dont les photos de Mathieu Asselin nous font hurler de douleur et d’horreur. Mention spéciale pour le travail du duo franco-allemand Brodbeck & De Barbuat et leur plan séquence d’un train au Japon et leurs scènes de vie, si troublantes… le tout sous la narration des Ailes du Désir de Wim Wenders. Comment le quotidien peut il devenir une oeuvre poétique.

Fondation Luma. 45 Chemin des Minimes, 13200 Arles.Voir la Fondation de Maja Hoffmann

Tour de la Fondation Luma 2018

Jean Dubuffet. Atelier des Forges

Jeunes talents. Atelier de la mécanique

Mathieu Asselin. Magasin électrique

Peter Fischli David Weiss – Visible World

13H00 La Chassagnette

Dîner en Camargue en compagnie de son excellence du végétal, Armand Arnal, qui comme son homologue Asafumi Yamashita, est lui aussi un chuchoteur de légumes. C’est dans un potager extraordinaire, un verger surréaliste, que fruits, légumes, herbes folles, grandissent au frais et régalent l’appétit des gourmets.  De la bombe baby!

La Chassagnette. Route du Sambuc, 13200 Arles. Déjeuner ou dîner dans un potager

Le potager d’Armand Arnal

Alternative nuit

Pour que vos nuits soient plus belles que vos jours… l’Hotel Particulier. A l’écart du bruit et de la fureur de la ville, se mettre au vert dans l’ancienne demeure d’un Baron devenu hôtel de style depuis dix sept ans.

Hotel Particulier.  4 Rue de la Monnaie, 13200 Arles. Luxe, calme & volupté

Hôtel Particulier; Arles

Accès en Arles

Paris-Arles en TGV, avec changement à Nîmes. Fin des rencontre le 24 septembre. 

Les arènes d’Arles

Focus Iran. Eglise Ste Anne

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

3 Comments

  • Jd Jan 03, 2018

    Hello,

    Ton article est génial, natif d’Arles, tu m’en as mis pleins les yeux et m’a donné une pointe de nostalgie..

    Ajouter à ça la Camargue et ça fait d’Arles une très très belle ville

    Juste une précision, de Paris je trouve le trajet Paris-Avignon, plus intéressant qu’une arrivée en gare de Nimes.

    Bonne Continuation,
    Jd

    • Ingrid Bauer Jan 10, 2018

      Merci ! j’adore Arles et sa région. Il y a longtemps, dans mon ancienne vie, j’organisais des événements autour des férias d’Arles. Oui Avignon, c’est bien si on veut explorer la région… en fait je m’étais arrêtée à la gare d’arles et j’avais fait tout à pied + taxis. Belle et douce année 2018!

    • Ingrid Bauer Jan 10, 2018

      @Jd : D’ailleurs j’ai une question on dit bien en Arles? et en Avignon? ou on ne dit que cette expression, quand on veut parler de la région et non de la ville?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les voyages d'Ingrid

Les voyages d'Ingrid