Journal

Mexico unique et secrète. #CDMX #48hours

Mexico unique et secrète. Cap sur 48 heures, sous le soleil de Mexico. Direction la ciudad de Mexico City ou CDMX, un nouveau nom symbolisant qu’elle a enfin retrouver ses origines espagnoles. La ville de Mexico n’est plus la ville de tous les dangers, elle a récupéré sa fierté nationale et peut dorénavant se pavaner et miser sur son patrimoine riche et varié. Oui, Mexico s’éveille. En pleine mutation, la quatrième métropole du monde est en passe de devenir le nouveau “Nueva York“. Prêts pour une échappée belle sur les pas de mon amie Perla, la fabuleuse céramiste from Mexicoooo?

Mon amie Perla Valtierra

 

Depuis quelques années, le paysage urbain a changé, la criminalité a reculé dans les quartiers dit sensibles et la plupart se sont gentritifés. Rétrospectivement, les quartiers de Polanco, puis Colonia Condesa , Colonia Roma et récemment le Centro Historico ont développé respectivement leur propre identité, au gré de leur patrimoine et de leurs différentes communautés de créatifs qui s’y sont rassemblés. La plupart des artistes, artisans, designers, architectes, entrepreneurs rencontrés sur place, possèdent tous une tendance commune, celle de valoriser, de s’inspirer et de revisiter leur héritage pré-hispanique. Chacune de leur intervention, création, discipline ou bâtiment sont les témoins d’un riche passé et culture. Sans oublier les grands maîtres de l’architecture, comme Luis Barragan, Matthias Goeritz mais aussi les grands peintres tels que Diego Rivera ou Frida Kahlo, sur lesquels la jeune génération de créatifs, s’appuie, s’en inspire pour construire leur avenir et produire leurs œuvres. A suivre donc, une visite guidée, un portrait par quartier du cœur de la ville, où on découvre Mexico, sous un jour nouveau.

POLANCO / CUAUHTEMOC
Atmosphère chic et gastronomique

Hotel Carlota

En 2015, un urban-hotel supplante le décor d’un ancien hôtel, les Jardin Amazonas, une oasis de design et de fraicheur au cœur de la ville, avec une architecture radicale, signée Javier Sanchez. Un design intérieur différent et épuré habille chacune des 36 chambres. La plupart des chambres sont tournées vers le patio, où se trouvent la piscine, le restaurant et le salon-bibliothèque pour s’instruire au frais et à l’ombre. Avec en prime, un concept-store qui sélectionne avec précision et goût les artisans du Mexique et ouvre la voie de l’industrie créative.

Adresse : Hotel Carlota. Rio Amazonas#73. Cuauhtémoc. Design-hotel Carlota

 

Quintonil

Au rang numéro 12 des 50 meilleurs restaurants fraîchement élus, le jeune chef Jorge Vallejo développe une belle réputation au Mexique et à l’étranger. Sa cuisine est délicate, inventive et discrète. Pas d’esbroufe dans les assiettes, l’essentiel est là. Quintonil fait référence à une plante méxicaine, ici les produits sont issus d’un jardin à proximité. Laissez vous tenter par la craquante salade de cactus aux betteraves et algues, la tostada de crabe au citron pimenté et enfin osez avec brio faire fondre votre palais en goutant à la panacotta-sorbet au mamey (un fruit entre l’abricot et le potiron) et son crumble de maïs.

Envie : cuisine d’auteur. Adresse : Newton #55. Polanco www.quintonil.com.

Churreria El Moro

Fabricant de churros depuis 1935, la churreria de la rue Rio Lerma vient de se faire une beauté. Entièrement tapissée de carreaux aux figures géométriques bleues et blanches, ce mini-salon sert les meilleurs churros de la ville à tremper dans le savoureux chocolat chaud. Une rénovation signée par le cabinet d’architectes, Cadena + Asociados.

Envie : churros & chocolat chaud. Adresse : Rio Lerma#167. Cuauhtémoc. www.elmoro.mx

Contramar

Repaire des “crustacésphiles“, des “cevichephiles“ et “pescadophiles“, le restaurant Contramar est un passage incontournable, pour voir et comprendre le tempo urbain des mexicains. Gentlemen, gens de la mode, artistes, designers, des familles, des amis, tout le monde se précipite dans cette institution des produits de la mer, indétrônable depuis maintenant près de dix ans.

Envie : Coquillages, poissons et crustacés. Durango #200. Cuauhtémoc. Contramar 

 

Galerie Onora

Maggie Galton, est depuis 3 ans une entremetteuse de choc. Deux mondes se rencontrent : elle a initié dans son show-rooom puis maintenant dans sa boutique-galerie, la confrontation entre le monde du design industriel et celui de l’artisanat mexicain. En tant que styliste d’objets, elle revisite des pièces d’artisanat 100% mexicaine qu’elle twiste avec ses équipes de création pour les métamorphoser en œuvres originales et néo-artisanales.

Envie : artisanat d’auteur. Galerie Onora. Lope de Vega#330. Polanco. Onora

Taller Lu’um

Alan Favero, directeur de création de la galerie travaille lui aussi avec des artisans qu’ils confrontent avec l’univers du design. Sept ans qu’il porte un regard sur les techniques anciennes, les matériaux durables, sept ans qu’il accompagne des artisans dans des projets productifs et qu’ils les réorientent afin que fusionne en parfaite communion design et artisanat.

Envie : artisanat d’auteur. Taller Lu’um. Gabina Barreda#104. Cuauhtémoc

CONDESA / ROMA NORTE / MIGUEL HIDALGO
Esprit bobo et communauté créative

Hotel Condesa DF

Au cœur du quartier chic de Condesa, se dresse un bâtiment, qui derrière sa façade néo-classique des années 30, dissimule un petit bijou de design-hôtel. Décoré par la prêtresse du vintage de style, India Madhavi a coloré le lieu en turquoise, vert mousse et anis, l’a nimbé de bois précieux, l’a agrémenté de ses fameux tabourets Bishop qu’elle a essaimé dans le patio-fleuri du restaurant et sur le rooftop, où le bar à sushis est insensé. Quant à l’architecte Javier Sanchez, il a su insuffler un esprit ludique et innovant. A eux deux, ils ont réinventé l’esprit de l’architecture monacale de Luis Barragan et ont créée l’inattendu avec notamment les grands volets blancs du patio pour les déjeuners ou dîners à vue sans être vu mais aussi l’ambiance volontairement dépouillée des chambres. Le tout baigné de verdure… Une oasis à la fois bohème et intemporelle.

Envie : design-hotel. Avenue Veracruz #102. Condesa. Hotel Condesa 

Hotel La Valise

Refuge urbain pour les esthètes affranchis, ce boutique hôtel d’un genre nouveau a été imaginé selon le voyageur Yves Naman et le designer frenchie, Emmanuel Picault. S’inspirant de la boite en valise de Marcel Duchamp, ils ont habillé et décoré les trois suites, loin de l’univers classique de l’hôtellerie.

Envie : mini-hôtel de style. Tonala 53. Roma Norte. www.lavalise.com.mx

Yuban

Hommage à la cuisine zapothèque de l’état d’Oaxaca dans ce lieu au décor volontairement rusti-chic. Yuban signifiant pour la civilisation zapothèque “terre vivante“, fait défiler dans son menu, une série de plats ancestraux préparés avec soin et à partager entre amis. Gouter aux tlayudas, sorte de galettes-pizzas mexicaines ou le fameux mole negro, dont la base est une sauce pimentée s’accordant souvent avec du poulet.

Envie : cuisine-tradition d’Oaxaca. Colima 268. Roma Norte. Yuban 

Fonda Fina

Retour aux origines d’une cuisine maison, “la comida corrida locale“ imaginée par le chef Jorge Vallejo du fameux spot pour gourmets, le Quintonil. Un paradis pour les veggies qui pourront satisfaire tous leurs caprices, grâce à la profusion de petites entrées rafraichissantes et originales. Pour les affamés, gouter au ragoûts de la Fonda Fina et laisser vous porter par le décor brut et 100% mexicain.

Envie : cuisine maison. Medelin#79 Roma Norte. www.fondafina.com

Glacier Neveria Roxy

The shop around the corner. A l’angle d’une rue sur Condesa, dans un ancien décor de bar à sodas des années “American Grafitti“, ce sont cinq générations qui perpétuent la tradition de la fabrication des meilleures crèmes glacées de la ville. Des saveurs incomparables et originales avec en prime, la possibilité de tester les des granizados ou nieves (sorbet à l’eau) ou les malteadas (milkshakes), etc…

Envie : glaces. Milkshake. Granités. Fernando Montes de Oca 809, esquina Mazatlán. Condesa www.neveriaroxy.com.mx

Neveria Roxy Glacier

Casa Luis Barragan

Passage obligé dans la maison-atelier de Luis Barragan, réinventeur du mouvement moderne de l’architecture. Né en 1902 à Guadalajara, cet architecte mexicain, n’a cessé durant toute sa vie de faire dialoguer la lumière, l’espace avec les couleurs qui complètent les tableaux des matireès. Dans sa maison d’une superficie de 1161 M2, on démarre la visite, sans son appareil photo car les photos y sont interdites, depuis le vestibule rose ; Puis déambuler dans le salon et ses tableaux de Picasso ou Josef Albers revisités, pour atterrir dans l’appartement monastique du géant architecte d’1m92, où le symbole de l’Eglise est omniprésent. Sur le toit-terrasse, l’ultime pièce de l’architecte, dévot franciscain, symbolise la dernière pièce que l’on franchit avant de monter au ciel, une sorte d’allégorie à la lumière divine. La dévotion personnelle de Luis Barragan aura habité l’ensemble du travail du grand maître. En fin de parcours, découvrir le grand jardin partagé avec la Casa Ortega, dominé par la couleur verte inexistante dans la palette de couleurs de Luis Barragan. Le vert était déjà présent à travers les larges regards des fenêtres de la maison.

Envie : architecture. General Franco Ramirez 12-14. Miguel Hidalgo. Casa Luis Barragan. Visite sur rendez-vous. 

Galeries à faire dar-d’art en vue

Dans la même rue que la Casa Luis Barragan, se rendre à la Galerie Labor, une galerie d’art moderne présentant les artistes émergeants ainsi que la passionnante Galerie Diseno & Archivo, qui comme son nom l’indique, archive et collectionne tous les objets, accessoires, pièces de design des années 30/50 à nos jours. Un espace de collection permanente comptant plus de 1500 objets. Faire une halte à la Galerie Kurimanzutto, un ancien atelier de menuiserie réhabilité par l’architecte Alberto Kalach, en un pavillon zen, avec une partie en plein air. Neuf ans d’existence où la scène contemporaine s’exhibe grâce à l’appui des deux fondateurs-curateurs José Kuri et Monica Manzutto. Déjà vus à la galerie, les plasticiens mexicains Damian Ortega, Abraham Cruzvillegas, Gabriel Orozco, le sculpteur José Kuri, l’auteur-vidéaste libanais Akram Zaatari et dernièrement, l’artiste cubain Wilfredo Prieto.

Envie : design & art contemporain. Galerie Labor. General Ramirez#5. Miguel Hidalgo. www.labor.org.mx. Galerie Archivo Diseño y Arquitectura. Calle General Francisco Ramírez 4. Miguel Hidalgo. www.archivonline.org. Galerie Kurimanzutto. Gobernador Rafael Rebollar 94. San Miguel Chapultepec www.kurimanzutto.com

 

Museo Jumex

L’imposant édifice construit par l’architecte britannique David Chipperfield se situe dans le nouveau quartier développé par l’industriel Carlos Slim, l’un des hommes les plus riches de la planète. Bien que la Fondation Jumex tutoie le musée Soumaya, elle présente, selon les experts, une collection beaucoup plus intéressante que sa“ tour-jumelle“. A travers la collection privée d’Eugenio Lopez Alonso comprenant des œuvres de Cy Twmbly, Carl André ou encore Donald Judd et ses expositions éphémères, le Museo Jumex tend à remettre en question les paradigmes de la pensée et les enjeux de notre temps.

Envie : art contemporain. Miguel de Cervantes Saavedra#303. Miguel Hidalgo. www.fundacionjumex.org

CENTRO HISTORICO
Quartier historique et institutions

Downtown Hotel Mexico

Un nouveau souffle coure dans les rues du quartier historique. La réhabilitation d’un ancien immeuble iconique du centre en un design-hôtel de l’enseigne avant-gardiste Habita, est la preuve irréfutable de la résurrection de ce quartier. Dans cet ancien « Palacio de los Condes de Miravalle » du 17ème siècle, se déploie un esprit à la fois colonial, industriel et prônant la culture locale. Le style est résolument mexicain, avec des détails typiques de la culture indigène comme les paravents en brique rouge ou “celosia“ des salles de bain, des murs de roches volcaniques ou encore la grande fresque de Manuel Rodriguez trônant au dessus du vaste escalier en pierre. Dix sept chambres, un cosy restaurant dans un patio luxuriant à l’étage et un toit terrasse avec vue sur les vieilles bâtisses historiques avec une piscine et un bar pour danser en mode “nuit debout“.

Envie : design-hotel. Isabel La Catolica 30. Centro Historico. Hotel Downtown Mexico 

Chaya B&B

Face du parc Alameda et sur le toit du Barrio Almameda, un nouveau conglomérat de sélect-shop, siège une adresse confidentielle. Attention ici place à la détente, au luxe simple, aux matériaux nature, un hôtel pensé et fait par des voyageurs pour des voyageurs. Le Chaya B&B est une excellente alternative pour dormir à prix doux dans le cœur de la ville avec une vue inouïe sur les toits du Centro Historico et la fameuse cathédrale métropolitaine de Mexico de la qui pointe son nez au loin.

Envie : Bed & Breakfast. Doctor Mora 9 Piso 3. Centro Historico

Chaya B&B

Limosneros

Petit frère du fameux café Tacuba, une institution de la ville, le restaurant Limonesros tire son épingle du jeu dans la scène gastronomique, en proposant une cuisine inventive et débridée, dont certains plats sont cuisinés à base d’insectes (un must à tester). Mention particulière pour le décor : un bar spectaculaire habillé par des tessons de bouteilles et bonbonnes en verre soufflé remplies de mezcal, encadré par des “murs de mendiants“, littéralement en espagnol : “limosneros“. Ces mosaïques de roches composées de pierres volcaniques, auraient 400 ans d’âge et proviendraient de dons de mendiants.

Envie : voyage gastronomique. Avenida Ignacio Allende#3. Centro Historico. Limosneros. Réservation indispensable. 

Torre Latinoamericana & Catedral Metroplolitana

Deux monuments légendaires à ne pas manquer, la Torre Latinoamericana, pour son regard plongeant sur la ville, du haut de ses 181 m d’altitude et la fameuse cathédrale dominant le Zocalo, immortalisée dans le dernier James Bond, “Spectre“. A l’extérieur, une façade baroque deux tours néo-classique, 18 cloches et à l’intérieur, une nef impressionnante et de grands fresques majestueuses, à en faire perdre la raison.

Envie : monument historique. Torre Latinoamericana. Eje Central 2. Centro Historico www.torrelatinoamericana.com.mx. Cathédrale. Plaza de la Constitución S/N, Centro. Centro Historico.

Visite de la tour latino-américaine 

 

COYOACAN / SAN ANGEL
Quartier résidentiel. Culture & Architecture

Museo Casa Estudio Diego Riviera & Frida Kahlo

Ce musée comprend trois bâtiments, dont les deux maisons-atelier de style Bauhaus de Frida Kahlo et son mari Diego Rivera, designés par l’architecte de renommée, Juan O’Gorman. Frida Kalho et son mari Diego Rivera n’y ont habité ensemble que quelques mois. En avril 1941, Frida retourne dans sa maison de famille, Casa Azul, retrouver son père. Quant à Diego Rivera, il y séjourna et travailla jusqu’à sa mort, le 24 novembre 1957. Le bâtiment le plus impressionnant demeure son studio, où ont été conservés ses grands personnages en papier mâché de Judas (personnages destinés à être brulé durant les fêtes pascales), l’ensemble de ses trois mille objets et une partie de sa collection d’art précolombien et d’artisanat mexicain. L’autre partie de sa collection se trouve au musée Anahuacalli, à coupler avec la visite de Casa Azul.

Envie : art contemporain et design. Calle Diego Rivera S/N. San Angel. Casa Estudio Diego Rivera & Frida Kahlo. Musée Anahuacalli. Museo 150. 

Museo Frida Kahlo

Appelée communément Casa Azul, la première impression de ce magnifique endroit se résumerait au “waouh effect ! “. “Waouh ! “, car on entre et on pénètre dans la peau de la peintre torturée, fracturée, déchirée par la vie et ses déboires, tout au long de la visite. Dans la peau de “Frida la coja“, Frida la boiteuse, on déambule dans les pièces de sa maison-atelier où on découvre la belle âme habitée de l’artiste et le travail acharné qu’elle menait, même une fois en chaise roulante, où elle entame sa fameuse série d’autoportraits. Casa Azul is beautiful.

Envie : mouvement surréaliste. Londres#247 Coyoacan. Casa Azul. Réservations online

MUAC

Une architecture fascinante de Teodoro Gonzalez de Leon planté au milieu du cercle culturel de la cité universitaire, la ville tentaculaire de l’université nationale. En juin dernier le Musée Universitaire d’Art Contemporain présentait une exposition-rétrospective d’Anish Kapoor : “Biologie“. Au fil de ses œuvres de 1980 à nos jours, on voyageait au cœur des formes, matières, symbolique et imaginaire de l’artiste. A ne pas manquer, la boutique du musée, qui fait la part belle à l’artisanat mexicain.

Envie : art contemporain. Avenida de los Insurgentes sur#300. Centro Cultural Universitario. Coyoacan. www.muac.unam.mx

Espacio Escultorico

Tout au long de son développement historique, l’UNAM a toujours soutenu, protégé et accompagné les initiatives artistiques. Depuis le MUAC, effectuer un parcours artistique insolite à travers un musée à ciel ouvert. Cette balade égrène sept sculptures, dont le fameux land-art de 120 mètres de diamètre et ses 64 pierre de laves, situées au milieu d’une végétation naturelle jonchée de pierres ou d’amas de roches volcaniques. Ce sont des sculptures de formes géométriques, de grande envergure faisant référence au cosmos et dont certaines, peuvent être pénétrables.

Envie : musée à ciel ouvert. Mario de La Cueva. Coyoacan www.cultura.unam.mx

 

Muchissimas gracias à la céramiste mexicaine Perla Valtierra www.perlavaltierra.tumblr.com et le designer-architecte Emmanuel Picault pour leur aide précieuse.

PRATIQUE

Pays: Mexique
Langue officielle: espagnol
Monnaie: peso mexicain $. 1 peso = 0,05 €
Fuseau horaire: GMT-6
Altitude : 2412 m
Meilleure période: climat tempéré, toute l’année sauf de juin à septembre (saison des pluies)
Comida: déjeuner (almuerzo) à partir de 14h à 16h30 et dîner (cena) de 20h à 21h30. Cuisine raffinée et pimentée. A tester : ensalada de nopales (salade de cactus) le Mole (typique de la région d’Oaxaca): sauce chocolatée accompagnant une viande avec du piment-ceviche de pescado (tartare de poisson) – Tacos (galette de mais) : pain national.
Aéroport: Aeropuerto Internacional Licendiado Benito Juarez
Population: 22 millions habitants, la quatrième plus grande métropole du monde
Préfixe téléphonique: + 52 55 / mobile : + 521
Transports: appli VTC Uber (moins cher que les taxis classiques) ou location de vélo (Ecobici)
Accès : Compagnie Air France. 1 à 2 vols directs, au départ de Roissy CDG en A380 ou B777-300. Durée : 11h50. www.airfrance.fr

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

3 Comments

  • Charles Sep 17, 2017

    Bravo bravo

  • Oana Fév 23, 2018

    Ce serait utile de préciser que la maison de Luis Barragan se visite seulement sur rv, pris bien à l’avance. Casa Azul – vaut mieux réserver en ligne pour éviter de faire au moins une demi-heure de queue. Le Limosneros – vaut mieux aussi réserver en ligne à l’avance car très populaire. Il y en a un autre dans le Centro historico qui est très sympa, Azul historico.

    • Ingrid Bauer Fév 24, 2018

      Merci Oana. Vous avez raison,j’ai oublié de le préciser. merci de cet excellent conseil ! bon week end

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les voyages d'Ingrid

Les voyages d'Ingrid