Journal

Argentina, l’aventura… sur les pas du Paris-Dakar

Prêt pour un circuit aventure sur les pas du Paris-Dakar? Cet été, alors que des milliers de gens se battaient pour faire valoir son petit M2 de sable pour poser sa serviette, ou patientaient à la caisse du supermarché géant pour le plein des vacances… et bien moi j’ai eu la chance de fouler la terre argentine. Des paysages à couper le souffle, des routes interminables de sables, de gravillons ou encore de terre, le tout au pied de la cordillère des Andes. Pas étonnant que ce soit le terrain de jeu du Paris-Dakar. Alors suivez moi direction le pays d’Evita!



Points de repère : nous sommes à Salta, à 2H30 de vol au Nord de Buenos Aires. Depuis Salta, mettre le cap au Nord, direction Tilcara puis parcourir 200 kms dans un décor de rêve, le tout à des altitudes allant de 2000m à 4000m… A ne pas manquer : la route du Train des Nuages, la montagne aux 7 couleurs de Humahuaca, le désert de sel à Salinas Grandes… Puis quand la boucle est bouclée, mettre le cap au Sud de Salta et se diriger dans une des régions viticoles les plus connues au monde, Cachi, Cafayate… Le vin argentin, cultivé à plus de 2000 mètres d’altitude, y est excellent. Ce sont des vins jeunes avec beaucoup de tanin mais parfaitement goutû en bouche et gouleyant. Mon préféré: Amalaya (prononcez « amalaja »).

CARNET D’ADRESSES EN IMAGES

Sur les traces du train « Las Nubes »

ETAPE 1 : House of Jasmines – Salta

Appartenant au label Relais et Chateaux, on est loin des clichés du vieux château et ses tourelles… En pleine pampa, cernée par les montagnes andines, House of Jasmines est tenue par un couple de français qui a su allier des matières nobles et naturelles et insuffler une véritable âme à cette estancia. On s’y sent comme chez soi… on est accueilli chaleureusement par nos hôtes argentins.
Au menu, côté papilles, un délicieux poulet aux légumes du potager, mijoté dans un chaudron magique. Côté literie, on s’endort dans des petites maisons avec une ou deux chambres ouvertes sur la nature. Côté activités, rien ne manque, on se prélasse devant la grande piscine, on se rue sur les VTT pour parcourir les environs de la propriété et on se cabre à cheval… pour découvrir le pays des gauchos. Un havre de paix, où il fleure bon la nature.

House of Jasmines www.houseofjasmines.com

 


Quelques clichés de vie à Tilcara, Humahuaca, Cachi





 

ETAPE 2 : Estancia Colomé. Molinos

Avant d’être une estancia, ce fut une bodéga, vieille de 200 ans, où on fabriquait du vin.
Quand Donald Hesse, homme d’affaires suisse riche et célèbre a racheté cette bodéga, il a perpétué la tradition vinicole et vend à travers le monde entier le vin Colomé, vinifié par un oenologue français et à plus de 2000M d’altitude. Les cépages des vins Colomé, s’étendent de 1500 m d’altitude à plus de 3000M.
On fabrique plus de 10 vins différents à la propriété.

Outre que ce soit un domaine viticole, le pari fou de ce suisse était de créer le seul musée au monde qui consacre un hommage flamboyant à l’oeuvre d’un de mes artistes contemporains préférés : James Turrell. Artiste plasticien lumière américain, 14 oeuvres-installations lumière y sont présentées. Un véritable bonheur. Le clou du spectacle : le coucher du soleil. Dans la dernière pièce, vous êtes allongés, à ciel ouvert et vous admirez le coucher du soleil. Jouant avec un cadre de lumières artificielles, James Turrell parvient à changer la couleur naturelle du ciel. Incroyable mais vrai. Du sensationnel artistique.

Estancia Colomé : www.bodegacolome.com

L’estancia Colomé, bodega depuis 1831



La piscine

Ma chambre.

 

DE MOLINOS A CACHI



 

ETAPE 3 : CACHI

Coup de fourchette à la ferme  (sans les célébrités) Ouf !

A Cachi, enfin précisément à Payogasta, prenez le temps de vous arrêter dans cette « ferme-hôtel », auberge chic de la région.
On y mange à l’intérieur ou en terrasse quand les rayons brillent, sur une grande et belle table de ferme. Au niveau cuisine, la qualité suit, un choix de produits frais pour une cuisine très gourmande. Leur spécialité : les grillades au feu de bois. Une halte parfaite pour déjeuner, sur la route des vins de Salta, avec en prime la compagnie de moutons… oui on est vraiment à la ferme. On peut aussi y dormir !

Sala de Payogasta-Payogastawww.saladepayogasta.com.ar


Un garage

 

ETAPE 4 : PAMPA GRANDE

Une expérience ultime à part entière, à ne pas manquer : louer une estancia entre amis, au sud de Salta et vivre au rythme des gauchos.
Rendez vous à l’escale ultime, où vous allez vivre une expérience unique et privilégiée, celle de côtoyer des gauchos, dans une magnifique estancia, au bout du monde. Chut… ne divulguer pas trop l’info, car une adresse aussi exclusive que celle là, on aimerait en avoir plus souvent. Courage Fuyez Les moutons de panurge !!

Au programme : chevaucher les plaines, les montagnes, longer les ruisseaux… sur de belles montures argentines, griller de bons morceaux de viande lors de pique niques improvisés : on parle d’asados. On peu se prendre pour Robert Redford dans « au milieu coule une rivière », et taquiner le gardon dans le grand lac de la propriété. A disposition, VTT, ping pong, piscine chauffée… Côté cuisine, du personnel attentif vous choit.

En route vers Pampa Grande, 60 kms de « caminos sinuosos »



A l’intérieur de l’estancia, une chapelle où viennent prier les gens du village de Pampa Grande.

Le Salon et ses vestiges archéologiques, car Pampa Grande a été une fouille archéologique


Le lac de l’estancia, « Big fish » in Pampa Grande!

Quelques balades sur de belles montures argentines…

Les gauchos, à pied d’oeuvre… en plein tri de vaca!


 

Retour à l’Estancia, hi ha!

Levée de lune.

Prochain post : BUENOS AIRES NE MANQUE PAS D’AIR !

 

 

3 Comments

  • Elisa Déc 15, 2011

    Un article superbe.
    Tes photos sont merveilleuses.
    Comme argentine… merci:)
    Elisa

  • Le Nail Sylvie Oct 03, 2013

    Comment est la température en février à Salta ?!

    • admin Oct 03, 2013

      bonjour. quand j’y suis allée c’était l’hiver austral, en août il faisait très beau mais un peu frais la nuit, en février vous serez en plein été là bas. En revanche, il faut savoir que de novembre à mars, c’est la saison des pluies…IL faut regarder la pluviométrie de février. bon voyage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les voyages d'Ingrid

Les voyages d'Ingrid